Síguenos en

Merci aux 22 968 CITOYENS qui ont signé le manifeste des droits de l'homme d'IUSTITIA EUROPE.

MANIFESTO

De janvier 2020 à aujourd’hui, les citoyens européens ont été les victimes de la plus grande expérience de contrôle social de l’histoire de l’humanité, pour laquelle l’Europe a été transformée en épicentre de l’Agenda mondialiste qui, à travers la stratégie définie comme l’Agenda 2030, impose un nouveau droit de l’homme, appelé Objectifs de développement durable.

QUE CONSTRUISENT-ILS ?

Sous l’égide du développement durable, des stratégies et des objectifs sont mis en œuvre par des organisations internationales, par l’intermédiaire des institutions européennes, des gouvernements, des entités et des entreprises… mettant la société à genoux, la privant de toute dignité en tant qu’espèce humaine, dans une perte effroyable de la souveraineté des citoyens.

L’imposition des 17 objectifs de développement durable et des 169 cibles aux États viole la partie la plus profonde du système démocratique : l’État de droit, en sapant la sécurité juridique, la séparation des pouvoirs, la hiérarchie des normes et la participation à la prise de décision.

Les 17 objectifs et cibles, leur efficacité et leur applicabilité ne sont pas des normes juridiques, bien qu’ils soient mis en œuvre en tant que tels. Elles sont dictées par l’ONU, mais la réalité est qu’elles ont été envisagées comme des valeurs ou des principes.mais jamais avec des effets juridiques contraignants.

Au contraire, ils sont désormais acceptés, tant dans l’Union européenne que dans les États membres, et leurs postulats, raisonnements et justifications deviennent des exigences pour les citoyens. Il s’agit d’une violation de l’État de droit, car les organisations internationales ne devraient pas élaborer des normes et des principes juridiques qui sont étendus et imposés aux réglementations nationales sans débat, vote, référendum et contrôle législatif.

Sinon, elle créera de facto, comme c’est le cas actuellement, un gouvernement mondial, soumis à des pouvoirs invisibles et cachés qui prennent les décisions, où le système démocratique de séparation des pouvoirs, de hiérarchie normative et de participation aux décisions est violé, brisant la souveraineté des États avec la mise en œuvre du nouveau système mondial.

L’Agenda 2030 affirme dans son préambule qu’il nous “sauvera de la tyrannie de la pauvreté”.Ils disent qu’ils nous appauvrissent pour sauver nos vies, mais ils s’enrichissent sans exposer les leurs. L’objectif n’est pas l’éradication de la pauvreté, mais la création d’un nouveau système politique qui supprime les droits des individus au profit d’un faux avantage en tant que collectivité.

L’Agenda 2030 est au cœur d’un système circulatoire appelé “transhumanisme”, qui vise à transformer les êtres humains en posthumains biotechnologiques, en remplaçant notre humanité par l’intelligence artificielle.

COMMENT FONT-ILS ?

Les organisations internationales, les institutions de l’Union européenne, les gouvernements, les partis politiques, les médias et les grandes entreprises transmettent avec insistance et préméditation le message de la peur à l’ensemble de la population, faisant de la terreur une stratégie de suppression progressive des droits et libertés fondamentaux de chaque citoyen européen. Sur la base de la panique, de l’angoisse, des mensonges et de la méfiance, des règles ont été édictées pour limiter les déplacements, nous isoler de notre environnement social et culturel, inhiber notre liberté d’expression, nous priver des soins et de la compagnie de nos proches les plus vulnérables, et dévaster le socle philosophique humaniste sur lequel notre civilisation occidentale est bâtie. Des lois ont été adoptées pour nous isoler dans nos maisons, pour enfermer les personnes âgées dans des résidences, pour appliquer des protocoles de santé inhumains, pour agir pour le contrôle social de la population, avec discrimination, coercition, dénonciation et imposition de mesures sans fondement scientifique.. T outes les mesures, maintenues artificiellement pendant plus de trois ans, ont servi à apporter d’énormes avantages économiques à quelques secteurs privilégiés et ont conduit à la faillite ou à l’affaiblissement de la quasi-totalité du secteur des entreprises.

L’un des actes les plus imprudents et pernicieux a été l’inoculation massive de médicaments jamais testés sur l’homme, sans fournir aux citoyens des informations suffisantes sur les produits administrés et en rendant invisible – par le chantage, l’intimidation et les jugements moraux sur le comportement des citoyens – la transparence indispensable pour pouvoir prendre une décision libre et éclairée sur les soi-disant “médicaments”. “Vaccins Covid-19Il s’agit d’une violation flagrante des droits fondamentaux des citoyens européens, y compris de leur santé, qui continue d’être mise en danger par ceux qui continuent d’être soumis à cette prophylaxie encore expérimentale. Des millions d’Européens affectés par les effets indésirables ne sont pas pris en charge ni aidés par les gouvernements qui les ont poussés, voire forcés, à subir les injections.es.

Nos droits sont bafoués et l’argent public dilapidé, la législation démocratique est désobéie, sans aucune capacité de réaction de la part des citoyens qui, soumis à la terreur et à la manipulation incommunicative, se résignent, trompés et effrayés, à la formation accélérée d’un système totalitaire à travers l’Europe et le monde, où ils dépendent d’objectifs imposés par l’ONU et d’autres satellites internationaux, où le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire sont en faillite face à l’imposition de ces objectifs.

La manipulation à laquelle est soumise la population couvre toutes les dimensions humaines – travail, psychologique, économique, spirituelle, affective… – et a instauré, de facto, un contexte d’hostilité permanente ; où le mensonge, la désinformation gouvernementale, la censure et le larcin se sont massivement installés dans la société européenne. À cette fin, le rôle des médias est essentiel, car ils servent de canal de propagande pour justifier l’imposition d’une pensée unique par la censure, la persécution et le dénigrement des opinions qui ne correspondent pas au récit établi et à la manière dont le pouvoir politique le traite, ou simplement en réduisant au silence, en marginalisant et en criminalisant toute voix qui appelle à un débat public sur la question.

Nous savons que le refus des médias de questionner et d’auditer l’appareil politique a beaucoup à voir avec les importantes sommes d’argent reçues par le biais de la publicité institutionnelle – dans un achat et une vente de testaments – et avec les investissements des grands groupes d’actionnaires qui les possèdent et qui partagent des intérêts avec les industries pharmaceutiques, textiles, alimentaires et d’armement.

COMMENT NOUS DÉFENDONS-NOUS ?

Pour se défendre contre la violence institutionnelle, de nombreux Européens ont été contraints de créer des canaux de communication et d’information alternatifs ou de former des réseaux de défense de leurs droits par l’intermédiaire d’associations civiques qui se sont battues devant les tribunaux, et ont été soumis à d’énormes pressions qui ne devraient jamais se produire dans des États prétendument démocratiques et régis par l’État de droit. Compte tenu des changements législatifs en cours et des décisions prises par les gouvernements sur d’autres questions, l’avancée du totalitarisme dépendra de la capacité d’organisation que les citoyens eux-mêmes développeront pour se défendre. C’est à nous tous, êtres humains libres, égaux et non conflictuels, de garantir les droits et les libertés, sans y renoncer, quoi qu’il arrive, pour le bien-être des générations futures, quitte à mettre notre propre vie en jeu pour défendre nos enfants et nos proches.

Il est temps de s’organiser pour nous défendre en tant qu’espèce, en tant qu’hommes et femmes, en tant qu’êtres humains biologiques et civilisés. Nous ne sommes pas seuls pour défendre nos droits fondamentaux, nous avons les uns les autres, indépendamment, en tant que propriétaires individuels, pour maintenir la souveraineté sur nos propres corps, sur nos champs et sur nos ressources naturelles.

Chacun d’entre nous est désormais indispensable pour se défendre contre les théories et les pratiques du Nouvel Ordre Mondial qui, sous le prétexte frauduleux des Objectifs de Développement Durable, détruisent par leurs impositions, au prix de notre santé et des Droits de l’Homme, toute parcelle d’humanité.

L’imposition du totalitarisme en Europe par les mondialistes ne sera possible que si la société reste résiliente, narcotisée, docile, entraînée et renonce clairement à ses libertés et à ses droits. Cependant, nous, les citoyens, avons décidé de défendre nos droits fondamentaux, même au péril de notre vie, et de ne JAMAIS céder.

Un groupement de citoyens non partisan, qui ne s’intéresse pas à la politique stagnante des partis – ni même à s’établir en tant que tel – mais à la défense des intérêts généraux et particuliers des citoyens. LES DROITS DE L’HOMME FONDAMENTAUXIl est prêt à se battre pour défendre ce qui est le plus intrinsèque à notre être, la LIBERTÉ, la DIGNITÉ et la JUSTICE.

Chacun d’entre nous se sent obligé de prendre l’initiative d’affronter le parasitisme institutionnel actuel à partir des institutions elles-mêmes, à partir du Parlement européen – la source législative du problème – en soumettant ce document. MOUVEMENT CITOYENpour donner aux CITOYENS les moyens de défendre leurs droits humains et dans le but de se présenter aux élections européennes de juin 2024 en tant que Groupement de Votants.

Nous exigeons de connaître la vérité sur tout ce qui s’est passé et de clarifier les responsabilités politiques, administratives et judiciaires, ainsi que de rétablir l’obligation légale des autorités de respecter et de garantir, dans le présent et dans l’avenir, tous les droits fondamentaux qui ont été et continuent d’être violés.

Nous ne nous alignons sur aucun des axes idéologiques qui, jusqu’à présent, n’ont servi qu’à dresser certains citoyens contre d’autres, à nous domestiquer, à nous faire obéir sans discussion à la seule façon d’interpréter la réalité.

Nous ne nous sommes pas “réveillés” pour nous confronter, finalement le syllogisme EUX ou NOUS, ne fait pas partie de ce mouvement car il entrerait dans le jeu du mondialism Nous pensons que la défense des libertés et des droits fondamentaux est, et doit être, le lieu de rencontre des citoyens qui ont pris conscience du danger qui menace l’ensemble de la population humaine en cette période historique cruciale.

Se nos dice, desde la Agenda Globalista, que “no tendremos nada y seremos felices”; nosotros respondemos que, si no nos dejan tener nada voluntariamente, preferimos la libertad para tenerlo todo. Si les entregamos hoy nuestra voluntad, permitiremos que se sigan convirtiendo mañana en nuestros dueños.

Nous aurons tout, et oui, nous serons heureux.